Compte titres ou PEA: Que choisir?

Le compte titres peut-il être une bonne alternative ou juste un complément à votre PEA ? Éléments de réponse dans cet article.

Pensez-vous payer trop d’impôts sur vos dividendes et plus-values boursières ? Ne préféreriez-vous pas en être exonéré ?

Poser en ces termes, j’imagine que la plupart d’entre vous opteraient plutôt pour l’exonération. Et c’est pour cette raison fiscale que le PEA est généralement conseillé pour investir en bourse. Car avec un PEA, si vous êtes suffisamment patient, vous ne subirez aucune imposition sur le revenu. Ce seul argument plaide en faveur du PEA par rapport au compte titres.

Quel est alors l’intérêt d’investir via un compte titres ?

Le compte titres est-il une option à considérer sérieusement dans certains cas particuliers ?


Bref rappel des avantages & inconvénients du PEA et du compte titres

Le PEA est une enveloppe fiscale permettant d’optimiser votre imposition.

Comme vous pouvez le voir ci-dessous, il n’y a pas d’imposition sur le revenu avec un PEA si vos retraits interviennent après la 5ème année du PEA (et pas d’imposition tant qu’il n’y a pas de retrait). Votre imposition totale sera donc 12,8% moindre avec un PEA vs un compte titres, ce qui est non négligeable.

0

Impôts sur le revenu sur les plus-values et dividendes

Prélèvements sociaux sur les plus-values et dividendes

Hypothèses

PEA

0% (exonération d'impôt)

17,2%

Retrait après la 5ème année du PEA

Compte Titres

12,8%

17,2%

Option fiscale retenue: prélèvement forfaitaire unique (PFU)

Avantages et inconvénients PEA vs Compte-titres

L’inconvénient principal du PEA est lié à une moindre souplesse et à certaines limitations. Les versements sont plafonnés à        150 000 € ou 225 000 € avec le PEA PME, vous devrez patienter 5 ans pour bénéficier de l’optimisation fiscale, l’univers d’investissement est moins large que via un compte titres, vous devez être un résident fiscal français, il n’y pas de possibilité de vente à découvert…

De ce point de vue, le compte titres reste indiscutablement plus souple. Il n’y a pas de plafond. Vous pouvez retirer votre argent à tout moment, et vous aurez accès à beaucoup plus de titres. En revanche, aucun avantage fiscal avec le compte titres, donc vous serez imposé 12,8% de plus par rapport au PEA.   

Au final, c’est assez simple. Si vous voulez payer moins d’impôt, le PEA est a priori incontournable, et vous pourriez considérer le compte titres uniquement comme un complément secondaire au PEA. Si au contraire, vous trouvez l’aspect fiscal secondaire et que vous voulez plus de souplesse et de liberté, alors le compte titres est à envisager plus sérieusement.

Plus concrètement, et en creusant un peu plus, on peut identifier 4 raisons principales pour lesquelles le compte titres peut s’avérer être une option ou un complément intéressant.


Cas N°1 pour investir via compte titres : investir et diversifier sur certains titres non éligibles au PEA

Comme vous pouvez le voir dans le tableau ci-dessus, avec un compte titres, vous pouvez investir sur certains titres qui ne sont pas éligibles au PEA.

Titres non éligibles au PEA disponibles sur compte titres

Exemples

Intérêt pour l'investisseur

Alternatives relativement proches avec un PEA?

Alternatives proches avec certaines Assurances Vie (exemple: Darjeeling, Linxea Avenir, Linxea Spirit, Boursorama Vie…)?

Actions d'entreprise dont le siège est hors de l'Union Européenne

Actions américaines (ex: Amazon, Apple...), actions anglaises…

Diversification vs. actions européennes, attractivité de certaines valeurs américaines, possibilité de sélectionner ces entreprises directement sans passer via fonds ou ETF plus global.

Oui, via des ETF répliquant des indices non européens (USA, World, Emergents…). Pas d'alternative au niveau plus granulaire des actions.

Oui, via des ETF répliquant des indices non européens (USA, World, Emergents…). A noter: Linxea Spirit permet également d'investir plus directement dans quelques sociétés américaines majeures.

Actions immobilières (Foncières) 

Unibail Rodamco, Klépierre, foncières américaines…

Possibilité d'investir en immobilier sans subir des frais d'entrées significatifs (comme SCPI, immobilier en direct), rendements et dividendes élevés, possibilité de sélectionner ces foncières directement sans passer via fonds ou ETF plus global.

Oui, via les ETF immobiliers européens FR0011869304 ou LU1812091194. Pas d'alternative au niveau plus granulaire des actions.

Oui, via des ETF immobiliers européens, voire américains ou mondiaux, ou alors via des SCPI/OPCI/SCI.

Obligations / Fonds obligataires ou monétaires / ETF obligataires

Lyxor Green Bond, Lyxor BofAML € High Yield Ex-Financial Bond

Diversification vs. marché action. Les obligations d'état sont historiquement peu corrélées au marché des actions.

Oui, mais uniquement via l' ETF Obligataire FR0013346681. Seule possibilité à ce jour via un PEA.

Oui, via fonds euro ou ETF obligataires.

Fonds patrimoniaux et fonds diversifiés en partie en dehors des actions européennes

Carmignac Patrimoine, Echiquier Patrimoine…

Confier une partie de ces investissements à un fonds d'une société de gestion renommée ou que l'on apprécie particulièrement.

Non, pas de réelle alternative en dehors des ETF indiqués plus haut.

Oui, certains de ces fonds sont également disponibles via certaines des assurances vie indiquées plus haut.

Certains ETF ou ETC (Exchange Traded Commodities) spécialisés non éligibles au PEA

ETC sur l'Or, ETF ou ETC sur les matières premières, ETF lié au Bitcoin ou Cryptomonnaie à l'avenir…

Diversification vs. marché action. Les cours de l'or, voire de certaines matières premières, sont relativement décorrélés des cours des marchés actions.

Non, pas d'alternative à ce jour.

Oui, quelques possibilités disponibles sur certains contrats. Exemples: Certificats Or, ETF répliquant un indice lié aux actions minières aurifères ou ETF repliquant les cours des matières premières…

Produits dérivés

Warrants, Options, Certificats, Turbos, CFD, Bons de Souscription d’Actions

Diversification via des produits plus complexes. Possibilités de couverture contre les risques de chute boursières. Pour investisseurs avertis.

Non, pas de réelle alternative à ce jour (hors certains ETF short ou à effet de levier liés à des produits dérivés).

Non, pas de réelle alternative à ce jour (hors certains ETF short ou à effet de levier liés à des produits dérivés).

Titres actuellement pas disponibles sur PEA

Quel est l’intérêt d’investir sur ces titres ?

Comme indiqué dans la 3ème colonne du tableau ci-dessus, ces titres peuvent permettre de diversifier par rapport aux actions européennes ou aux ETF que vous détenez dans votre PEA. Par exemple, le cours de l’or est très peu corrélé aux cours des actions, ce qui pousse certains investisseurs de renom tels que Ray Dalio ou Harry Browne à vous conseiller d’inclure un peu d’exposition à l’or dans votre portefeuille global. Ils conseillent également d’investir partiellement sur le marché obligataire. Ceci est envisageable avec un compte titres en complément d’un PEA.

Certains investisseurs veulent également se spécialiser, souvent de façon quasi exclusive, sur certains titres ou sur certaines façons d’investir. Le compte titres devient alors un incontournable pour les fans des produits dérivés, ou pour les passionnés des foncières ou des actions américaines, par exemple.

Y a-t-il des alternatives au compte titres pour ces types de titres ?

Comme vous pouvez le voir dans les deux dernières colonnes du tableau ci-dessus, il existe des alternatives au compte titres pour certaines de ces catégories de titres. Bien que ces alternatives via PEA ou Assurance Vie restent souvent beaucoup plus limitées, elles pourraient suffire à la plupart des investisseurs. Ainsi, certaines Assurances Vie telles que Linxea Avenir ou Darjeeling permettent également d’investir en immobilier (ETF, SCPI ou OPCI), sur l’or (Certificat Or ou ETF investi en actions de sociétés minières aurifères), sur une multitude de fonds obligataires ou patrimoniaux, ainsi que sur certains autres ETF intéressants.


Cas N°2 pour investir via compte titres : les plafonds PEA et PEA PME sont atteints

Les plafonds des versements pour un PEA et un PEA PME sont de 150 000 € et 225 000 € respectivement. Si une même personne cumule ces 2 PEA, ce qui est possible, les sommes versées sur ces 2 plans ne doivent toutefois pas dépasser 225 000 €.

Pour un couple marié ou pacsé disposant chacun d’un PEA et d’un PEA PME, le plafond atteint ainsi 450 000 €. Cela laisse une marge de manœuvre significative pour la plupart d’entre nous, n’est-ce pas ?

Toutefois, si vous avez atteint ces plafonds, ce que je vous souhaite, et que vous voulez continuer à investir en bourse, le compte titres, voire l’Assurance Vie (cf. tableau plus haut), prend alors naturellement le relai du PEA.


Cas N°3 pour investir via compte titres : frais de courtage plus optimisés qu’avec un PEA

Certains courtiers tels que Degiro ou Trade Republic ont des offres « compte titres » plus compétitives au niveau frais que les meilleurs PEA sur le marché. À ce jour, il ne dispose pas de PEA, même si cela est prévu à terme.

En souscrivant à un compte titres chez ce type de courtier, vous pourriez ainsi compenser partiellement vos surcoûts au niveau taxation par des frais de courtage plus optimisés. Cela peut être particulièrement intéressant si vous êtes très actifs en bourse. Si tel est votre cas, n’hésitez pas à faire votre propre simulation des frais en considérant un volume de transaction annuel correspondant à votre profil. Dans certains cas, le compte titres sera plus avantageux que le PEA.


Cas N°4 pour investir via compte titres : cas des personnes non imposées à l’impôt sur le revenu

La plupart des investisseurs en bourse sont imposables sur le revenu. Mais, pas tous. Si vous n’êtes pas imposable, vous pourriez avoir intérêt à investir en bourse via un compte titres.

En choisissant le barème progressif de l’impôt sur le revenu, vos plus-values et dividendes seront alors soumis à votre taux marginal d’imposition qui est de 0% (sauf si vous changez de tranche d’imposition à cause de ces revenus boursiers). Vous ne paierez ainsi aucun impôt sur le revenu, et vous ne serez soumis qu’aux 17,2% de prélèvements sociaux sur les plus-values et dividendes perçus.


Autres raisons pour investir via compte titres

Il existe d’autres arguments souvent évoqués en faveur du compte titres. Il s’agit de la possibilité de:

  • retirer son argent à tout moment (sans attendre les 5 ans comme avec un PEA),
  • procéder à des ventes à découvert (Service de Règlement Différé (SRD), interdit sur PEA),
  • disposer de plusieurs comptes titres (et non un seul comme avec le PEA),
  • disposer d’un compte titres joint (2 titulaires) ou en indivision (impossible avec le PEA),
  • ouvrir un compte titres pour un mineur (impossible avec le PEA, même avec le PEA Jeune),
  • ne pas clore le compte à la transmission (alors que le PEA sera clôturé).

Personnellement, je trouve la plupart de ces arguments secondaires, voire parfois discutables. Par exemple, il est conseillé d’investir en bourse sur le long terme et d’y placer de l’argent non nécessaire sur le court terme. Dans cette optique, pourquoi vouloir « retirer » de l’argent les premières années ?

La plupart des autres arguments ci-dessus ne me semblent pas suffisamment forts pour compenser le surplus d’imposition avec le compte titres. Mais, comme chaque cas est différent et que les opinions peuvent différer sur ce sujet, c’est à vous de juger en fonction de votre situation et de vos aspirations.

Note: Les personnes physiques majeures domiciliées fiscalement en France peuvent ouvrir un PEA. A contrario, les Français vivants à l’étranger et non domiciliés fiscalement en France ne peuvent pas ouvrir de PEA. L’ouverture d’un compte titres serait alors envisageable, si acceptée par votre courtier ou banquier. À préciser également avec votre fiscaliste.


Conclusion

Si vous êtes dans un des 4 cas indiqués plus haut, le compte titres pourrait être une option à sérieusement envisager. Sinon, pas sûr qu’il y ait un intérêt majeur.

Pour les cas N°1 et N°2, le compte titres deviendrait a priori un complément du PEA. Le PEA resterait alors l’enveloppe à privilégier pour les actions européennes et pour les ETF européens et non européens. Car il serait dommage de ne pas bénéficier de l’exonération fiscale pour ces titres.

En ce qui nous concerne, nous diversifions en dehors du PEA, entre autres sur des titres non éligibles au PEA (Or, SCPI, obligations…). Nous sommes donc dans le cas N°1. Mais, à ce stade, les solutions via Assurance Vie nous conviennent très bien. Donc, nous ne disposons pas de compte titres pour le moment, et nous utilisons uniquement les enveloppes PEA et Assurance Vie pour répliquer nos portefeuilles All Easy. Même s’il serait possible de répliquer chacun de ces portefeuilles également avec un compte titres.

Et vous, avez-vous un compte titres ? Pour quelles raisons ?

N’hésitez pas à me faire part de vos remarques sur cet article. Si vous voyez d’autres arguments non mentionnés en faveur du compte titres, n’hésitez pas à me les indiquer.

Si vous avez aimé cet article et pour aller plus loin, je vous invite à découvrir les articles ci-dessous:

septembre 18, 2021

Easy Trend

Inscrivez-vous au  site et accédez gratuitement à ce portefeuille pendant 6 mois.


Performance simulée du portefeuille Easy Trend

L’investissement en bourse implique des risques. Les publications et les compositions des portefeuilles génériques diffusées par le Site  Piloter Son PEA  sont le reflet de nos analyses et de nos opinions. Les positions exprimées ont un caractère général, et ne peuvent être assimilées à des recommandations individualisées, car elles ne sont pas adaptées à chaque situation personnelle. Les lecteurs sont encouragés à prendre leurs propres décisions en fonction de leur situation et de leurs objectifs patrimoniaux. Chaque lecteur reste seul responsable de ses décisions d'investissement. Pour plus de détails, merci de consulter les CGU du Site.